Résultats complémentaires de la surveillance dans l’air en Hauts-de-France et en Normandie En lien avec l’incendie survenu dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019 à l’usine Lubrizol située dans l’agglomération rouennaise, un panache de fumées s’est dispersé de la Normandie vers la région Hauts-de-France. Depuis le début de l’incendie, l’observatoire régional de l’air en Hauts-de-France a renforcé sa surveillance de l’air sur la région sur la base des éléments transmis par Météo France et en coordination avec Atmo Normandie. Les résultats des mesures sur l’air en direct ont montré un léger impact du nuage sur la qualité de l’air en Hauts-de-France. Des prélèvements complémentaires ont été réalisés en Hauts-de-France et en Normandie. Les analyses en Normandie révèlent les premiers résultats complémentaires.

Une surveillance renforcée depuis jeudi Atmo Hauts-de-France dispose de 47 stations fixes en région, qui mesurent 30 polluants et familles de polluants, soit en direct, soit par prélèvements sur filtre qui font ensuite l’objet d’analyses différées en laboratoire. Le suivi de la situation par Atmo Hauts-de-France s’appuie sur les modélisations de la trajectoire du nuage réalisées par Météo France, qui nous indique que « ces modélisations montrent un déplacement du nuage vers le nord puis l’est de la zone Nord au cours de la matinée du jeudi 26 septembre, pouvant expliquer des signalements localisés sur certaines communes. » Outre cette surveillance en direct et les 4 prélèvements habituellement effectués, Atmo HDF a réalisé 18 autres prélèvements supplémentaires sur la trajectoire du nuage, à partir du dispositif existant. Ces prélèvements concernent les hydrocarbures aromatiques polycycliques et les métaux lourds, deux familles de polluants, qui peuvent intégrer un grand nombre de composés différents. Au regard de l’incendie de Lubrizol, Atmo Hauts-de-France a demandé aux laboratoires chargés des analyses d’étendre la liste des composés recherchés de 14 à 31. Atmo est en lien avec ces laboratoires pour comprimer au maximum le temps d’analyse.

Les résultats et des premières analyses complémentaires